Aller au contenu

Qu’est-ce qu’une carte thermique de conception Web ?

Mapa de calor o heatmap.

Une carte thermique est une représentation graphique dans laquelle les couleurs sont utilisées pour représenter et visualiser des données numériques. En particulier dans le domaine du web et de la conception de l’expérience utilisateur (UX), les heatmaps sont utilisées pour montrer où les utilisateurs cliquent sur une page, combien de temps ils passent sur une partie spécifique d’une page, ou comment ils font défiler une page. Il s’agit essentiellement d’un outil de visualisation qui montre les zones « chaudes » (les plus actives) et « froides » (les moins actives) d’une page web.

Il existe différents types de cartes thermiques, chacune recueillant des informations sur différentes valeurs qui permettent d’obtenir des informations très précieuses sur le comportement des utilisateurs au sein d’une page Web ou d’une application. Décrivons chacune de ces cartes thermiques :

Carte des clics

Les cartes de clics sont un outil essentiel dans l’analyse et l’optimisation de l’expérience utilisateur (UX). Elles permettent aux concepteurs, aux développeurs et aux spécialistes du marketing de visualiser clairement où les utilisateurs cliquent sur un site Web ou une application. Représentant les zones de forte activité par des couleurs« chaudes » comme le rouge et les zones de faible activité par des teintes« froides » comme le bleu, elles donnent un aperçu intuitif de la façon dont les utilisateurs interagissent avec un design particulier.

La valeur d’une carte de clics réside dans sa capacité à révéler des modèles de comportement des utilisateurs. Par exemple, si un appel à l’action (CTA) attendu ne reçoit pas autant de clics que prévu, une carte des clics peut identifier ce problème immédiatement. Cela peut indiquer des problèmes liés à la visibilité du bouton, à son emplacement, à sa couleur ou même au message qu’il porte.

En outre, les cartes de clics peuvent aider à identifier les zones d’une page qui attirent une attention inattendue. Cela peut être le résultat d’une conception graphique qui guide involontairement les utilisateurs vers une section particulière, ou cela peut indiquer qu’un élément de la page prête à confusion ou est interprété à tort comme étant interactif.

L’un des principaux avantages des cartes de clics est leur nature visuelle. Contrairement aux mesures numériques et aux tableaux de données, une carte des clics peut être rapidement comprise et permet de comprendre presque immédiatement les performances d’une page. Cependant, il est crucial d’interpréter les données dans un contexte plus large. Si une zone comportant de nombreux clics peut indiquer un intérêt, elle peut aussi signaler une confusion ou une frustration si les utilisateurs cliquent à un endroit où ils s’attendent à une interaction qui n’a pas lieu.

En employant des cartes de clics, les entreprises peuvent prendre des décisions éclairées sur l’endroit où placer les éléments les plus critiques sur une page, sur la façon de concevoir et d’optimiser les CTA, et sur la façon de structurer le contenu pour qu’il soit plus intuitif et plus efficace. Après tout, il est essentiel de comprendre les attentes et les comportements des utilisateurs et d’y répondre pour créer des expériences numériques réussies.

Cartographie du défilement

Les cartes de défilement , également appelées « scroll maps« , fournissent une représentation visuelle de la distance à laquelle les utilisateurs font défiler une page web, et sont particulièrement utiles pour comprendre comment les visiteurs consomment le contenu d’un site.

Visuellement, elles utilisent une échelle de couleurs similaire à celle des cartes de clics. Les zones « chaudes« , souvent représentées en rouge, indiquent les sections d’une page qui sont consultées par le plus grand nombre d’utilisateurs. Au fur et à mesure que les couleurs deviennent plus « froides« , passant du jaune et du vert au bleu, elles indiquent que moins d’utilisateurs ont atteint cette partie de la page.

L’une des principales révélations des cartes de défilement est l’identification du fameux « pli« . Il s’agit de la ligne imaginaire sur une page Web où les utilisateurs doivent commencer à faire défiler la page pour voir plus de contenu. C’est un point critique, car tout ce qui se trouve au-dessus de cette ligne a beaucoup plus de chances d’être vu. Les cartes de défilement aident à déterminer où se trouve ce point pour différents appareils et tailles d’écran.

Un autre avantage important de cet outil est qu’il permet de repérer les zones de contenu qui peuvent être négligées ou ignorées. Si une section importante de la page se trouve dans une zone« froide » de la carte de défilement, cela peut indiquer que le contenu ne présente pas d’intérêt ou d’utilité ou qu’il n’est pas facilement accessible aux utilisateurs.

Les cartes de défilement peuvent également influencer les décisions de conception et la structure du contenu. Par exemple, si l’on constate que la plupart des utilisateurs ne font pas défiler la page au-delà du premier tiers, il peut être utile de repenser la longueur du contenu, d’introduire des éléments interactifs ou visuels pour maintenir l’intérêt, ou de réorganiser les informations pour s’assurer que les points clés sont vus.

Les cartes des mouvements de la souris, ousuivi de la souris, fournissent une représentation visuelle de la façon dont les utilisateurs déplacent le curseur de leur souris lorsqu’ils naviguent sur une page Web ou une application. Elles partent du principe que le mouvement de la souris est, dans une certaine mesure, corrélé à l’attention et à l’intérêt de l’utilisateur.

Comme d’autres types de cartes thermiques, elles utilisent une échelle de couleurs pour représenter l’activité. Les zones où les utilisateurs déplacent plus fréquemment la souris apparaissent dans des tons« chauds » tels que le rouge, tandis que les zones où les mouvements sont moins fréquents apparaissent dans des tons « froids » tels que le bleu ou le vert.

L’un des principaux avantages de l’analyse des mouvements de la souris est qu’elle fournit des indices sur l’endroit où se concentre l’attention des utilisateurs. Par exemple, si le curseur défile et s’arrête fréquemment dans une zone spécifique d’une page, cela peut indiquer que ce contenu présente un intérêt particulier ou, dans certains cas, qu’il est confus ou ambigu.

Il est très important de noter que le mouvement de la souris n’équivaut pas toujours à une attention visuelle. Certains utilisateurs peuvent déplacer la souris au hasard ou la laisser à un endroit tout en lisant une autre partie de l’écran. Malgré ces limites, les cartes de mouvements de souris constituent un indicateur général utile des zones d’intérêt ou d’activité sur une page.

Si, par exemple, une zone censée attirer l’attention (comme un appel à l’action ou un élément important) ne montre pas d’activité significative de la souris, cela peut être un signal pour revoir et éventuellement remanier cette section.

En outre, les cartes des mouvements de la souris peuvent révéler des zones d’intérêt inattendues. Si les utilisateurs déplacent et arrêtent leur souris à des endroits où il n’y a pas d’interaction prévue, cela peut indiquer une opportunité d’introduire de nouveaux éléments interactifs ou de clarifier la conception existante.

Les cartes de fixation des yeux, basées sur la technologie de suivi des yeux, sont un outil avancé qui fournit des indications détaillées sur l’endroit exact où les utilisateurs regardent sur un écran. Contrairement aux cartes basées sur le mouvement de la souris, qui ne fournissent qu’une approximation de l’attention de l’utilisateur, les cartes de fixation du regard fournissent des données précises sur la direction et la durée du regard.

La valeur inhérente de cette technologie réside dans sa capacité à révéler, avec une grande précision, les parties d’une page ou d’une mise en page qui captent réellement l’attention de l’utilisateur. Cela peut être essentiel pour les concepteurs et les spécialistes du marketing, car cela leur permet d’ajuster et d’optimiser des éléments tels que les appels à l’action, les images, les titres et tout autre composant visuel ou textuel.

Par exemple, si une publicité ou une image sur un site Web est rarement remarquée selon la carte de fixation des vues, cela peut être un signal pour changer son emplacement, sa taille, sa couleur ou son contenu. D’autre part, si un texte important est ignoré, il peut être utile de reconsidérer sa taille, sa police ou sa position sur la page.

Si les cartes d’eye-tracking sont incroyablement précieuses, elles ont aussi leurs limites. La technologie d’eye-tracking est souvent plus coûteuse et plus compliquée à mettre en œuvre que d’autres outils d’analyse, et elle nécessite d’examiner les utilisateurs dans un environnement contrôlé, qui ne reflète pas toujours le comportement naturel de l’utilisateur.

Cependant, pour les projets qui nécessitent un haut degré d’optimisation et une compréhension approfondie de l’expérience utilisateur, les cartes d’eye-tracking n’ont pas leur pareil pour fournir des données détaillées sur le comportement visuel des utilisateurs dans le monde numérique.

Auteur/autrice

Diplômé en Psychologie et passionné de guitare flamenca et de jeux de société, mon parcours professionnel m'a amené à comprendre la profonde connexion entre le comportement humain et le marketing. Avec le temps, j'ai affiné ma capacité à analyser et interpréter les tendances du marché et les réactions des consommateurs. Sur The Color Blog, je combine mes connaissances en psychologie avec ma passion pour l'écriture, offrant des perspectives uniques sur le marketing, l'histoire et les interactions humaines qui définissent notre ère numérique.View Author posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *