Aller au contenu

Papier japonais ou Washi Qu’est-ce que c’est ?

Diseños de papel japonés washi.

Le papier japonais ou washi est l’un des produits artistiques les plus fondamentaux du Japon, souvent négligé. En 1 300 ans de production, il a constitué l’épine dorsale de nombreuses autres formes d’art japonais

En fait, le papier washi est tellement ancré dans la culture japonaise qu’il existe littéralement des villes construites autour de la fabrication du papier washi.

En termes simples, le papier washi désigne simplement le papier traditionnel japonais, wa (和) signifiant japonais et shi (紙) signifiant papier

De son histoire éclectique à ses nombreuses utilisations, en passant par les principales destinations de voyage au Japon, il y a beaucoup de choses fascinantes à apprendre et beaucoup à dire sur cet art riche en histoire et toujours d’actualité. Nous allons couvrir ici tout ce que vous devez savoir sur le papier japonais washi

Bien qu’il s’agisse aujourd’hui d’un élément culturel emblématique du Japon, les racines de la production de papier washi japonais remontent à la Chine. Vers 610 de notre ère, des moines bouddhistes ont introduit au Japon la technique de fabrication du papier à la main pour écrire les sutras sacrés.

Pour ajouter une autre touche internationale aux origines du papier washi, le Nihon Shoki, également connu sous le nom de « Chroniques du Japon », l’un des plus anciens livres d’histoire classique du Japon (écrit en 720), indique que cette influence chinoise est arrivée dans le pays par l’intermédiaire du prêtre bouddhiste coréen Doncho, qui a introduit les techniques de fabrication d’encre à la même époque.

Comme il l’a si bien fait tout au long de l’histoire, le Japon a adopté cette méthode de fabrication du papier et l’a améliorée, en ajoutant davantage de matériaux de type textile au processus de fabrication du papier, comme le kozo (mûrier) et les fibres de gampi, afin de renforcer le papier, de prolonger sa longévité et d’accroître sa polyvalence.

La fabrication du papier japonais reposant sur des matériaux naturels, la production de papier washi, comme d’autres activités agricoles, est devenue une activité saisonnière. L’hiver était considéré comme la meilleure période pour la fabrication du papier, car le temps était trop froid pour que les agriculteurs soient dans leurs champs à faire d’autres travaux

Les fabricants de washi ont également pu profiter de la glace hivernale, qu’ils ont fait dégeler pour s’assurer que l’eau utilisée était exempte d’impuretés et ne décolorait pas le papier.

Ce style de papier japonais fait à la main est resté en usage jusqu’à la période Meiji (1868 – 1912), lorsque le Japon a connu un processus d’occidentalisation. Avec l’influence occidentale est apparu ce que l’on appelle le papier yoshi, essentiellement du papier fabriqué en série et à la machine. À partir de cette période, le papier japonais a commencé à passer au second plan, et son rôle a été relégué de l’usage quotidien à des fins plus artisanales et traditionnelles.

Proceso de fabricación artesanal del papel japonés.
Le processus artisanal de fabrication du papier japonais ou washi

La période idéale pour fabriquer le papier japonais washi est la fin de l’hiver, lorsque l’eau est naturellement gelée et exempte d’impuretés, offrant ainsi les ingrédients les plus frais et les plus naturels pour la fabrication du papier

Les méthodes et les matériaux varient en fonction du style de washi à fabriquer, car les différentes régions du Japon ont des techniques légèrement différentes

Récolte: Tout d’abord, il faut se procurer le matériel nécessaire à la rédaction du document. La plupart des papiers washi utilisent le kozo et le mitsumata, deux arbustes généralement cultivés, et le gampi, généralement sauvage. Ils sont généralement récoltés pendant les mois les plus froids de décembre et janvier.

Cuisson à la vapeur, épluchage et triage: Pour séparer les parties des plantes dont on a besoin, il faut d’abord étuver les branches. Une fois qu’elles sont tendres et prêtes à être épluchées, l’écorce est soigneusement retirée et séchée. L’écorce séchée est ensuite bouillie et les impuretés sont colorées et éliminées. La solution de pré-papier est ensuite battue à la main pour détacher les fibres avant qu’elle ne devienne une feuille.

Contrecollage: C’est probablement la partie la plus reconnaissable du processus de fabrication du papier japonais. C’est à ce moment-là que la solution de pâte à papier commence à prendre sa forme définitive, bien que très lâche. A partir de là, la pâte à papier est étalée sur un tapis et le tapis est secoué pour aider les fibres à s’entrelacer. Une fois qu’ils ont atteint la taille et l’épaisseur souhaitées, l’excès d’eau de la solution est évacué.

Dernières étapes: Après avoir été laissées à sécher pendant la nuit, les feuilles presque prêtes à l’emploi subissent encore quelques étapes esthétiques avant d’atteindre leur forme finale de washi. Le papier est pressé pour éliminer l’excès d’eau, les feuilles sont séparées, brossées pour éliminer toute texture intrusive et laissées à nouveau pour achever le processus de séchage au soleil. Ces grandes feuilles séchées constituent la base à partir de laquelle le washi est découpé.

Papel japonés impreso con diseños.
Motifs de papier japonais imprimé

Autrefois,le papier japonais était utilisé pour pratiquement tout ce à quoi sertle papier moderne fabriqué à la machine. Évidemment, étant un produit fait à la main, le washi est plus cher que le papier normal, si bien qu’aujourd’hui il a été déplacé de certaines régions

Impression et écriture: Grâce à sa texture plus épaisse et plus absorbante, le washi est une excellente base pour l’impression linoblock, les lithographies en couleur, la lithographie, la lithographie, la lithographie, la lithographie et plus encore typographie washi gaufrage et, à une époque plus contemporaine, le l’impression numérique

Lescartes et les invitations de mariage, par exemple, sont incomparablement plus attrayantes lorsqu’elles sont imprimées sur du washi japonais.

Art: De nombreuses formes d’art traditionnel au Japon sont basées sur le washi. Dans la peinture Nihonga, vous verrez que l’utilisation de washi au lieu de toile ou de papier moderne est l’un des éléments qui définissent ce style typiquement japonais

La texture particulière du papier japonais washi est également essentielle pour le sumi-e (peinture à l’encre), car elle permet l’écoulement et l’absorption corrects de l’encre aqueuse. Pour certains artistes, comme Tetsuya Nagata, c’est le papier washi lui-même qui constitue l’art de ces incroyables sculptures en washi pressé.

Reliure: Le Japon est une nation qui aime la littérature, il n’est donc pas surprenant que le washi et l’édition aillent de pair. Au lieu d’être utilisé sur les pages intérieures, le washi est souvent utilisé sur les couvertures de livres en raison de sa durabilité et de sa flexibilité.

Ejemplo de origami hecho con papel japonés.
Origami réalisé avec du papier japonais à motifs

Origami: En raison de sa texture plus résistante et plus malléable, le papier washi est un excellent outil pour origami. Il conserve sa forme beaucoup mieux que d’autres papiers d’origami plus fins. Et, bien sûr, l’aspect unique du washi ajoute à la beauté et à l’attrait de l’objet fini.

Decoración con papel japonés.
Décoration intérieure avec des lanternes en papier washi

Décoration intérieure: En raison de ses textures intéressantes, presque terreuses, et de sa qualité unique qui rend la lumière doucement translucide, le papier japonais est reconnu depuis longtemps comme un matériau idéal pour les lampes, les abat-jour d’intérieur et, plus récemment, les stores et les abat-jour. Son aspect organique et naturel est beaucoup plus attrayant visuellement que le papier stérile produit en masse ou d’autres matériaux artificiels.

nv-author-image

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.